6 janvier 2013

Appel pour la délégation au procès de Pinar Selek le 24 janviers 2013

Nous relayons ici un appel du Collectif de solidarité avec Pinar Selek en France
Pour plus de renseignements nous vous invitons à vous rendre sur le site Internet de Pinar Selek

Pinar Selek, sociologue, militante féministe et antimilitariste turque lutte depuis 14 ans contre un acharnement politique et juridique.

A l'audience du 13 décembre dernier, les juges de la 12ème cour pénale d'Istanbul étaient prêts à condamner Pinar Selek, malgré 3 acquittements prononcés par cette-même cour en 2006, 2008 et 2011. Les avocats ont plaidé l'illégalité de la procédure et demandé le dessaisissement de la cour, ce qui explique le report au 24 janvier prochain.

Ce sera le dernier acte de cette affaire kafkaïenne, la dernière étape d'une lutte de 14 ans et nous devons nous mobiliser.
Le 24 janvier, nous pouvons empêcher cette condamnation !

⁃ Soyons nombreuses et nombreux à Istanbul le 24 janvier. La délégation doit être la plus impressionnante possible !
⁃ Si vous pouvez venir, dites-le vite au collectif : solidaritepinarselek.france@gmail.com
⁃ Si vous ne pouvez pas venir : d'autres sont disponibles et seraient très utiles sur place, mais n'ont pas les moyens de financer leur voyage (environ 200 € par personne), nous lançons donc une souscription et toutes les contributions sont les bienvenues. Faites vos chèques à l'ordre de Association La Lune et envoyez-les à :

Association La Lune
Maison des Associations
1A, place des Orphelins
67000 STRASBOURG


Pinar Selek lutte pour la paix et la justice pour tous et toutes : Solidarité internationale !!!
Pinar Selek n'est pas seule !

Le Collectif de Solidarité avec Pinar Selek en France

15 mai 2012

Désobéir au sexisme

Désobéir au sexisme*, c'est un petit trésor de 62 pages qui fait un tour d'horizon de la domination masculine avec efficacité. Tout à fait le genre de livre que j'offrirai aux personnes ignorantes de la question mais ouvertes à le comprendre.
En trois parties, il fait le tour de la condition des femmes dans tous les domaines de leur vie (travail, famille, sexualité, etc.), propose quelques repères importants de l'histoire des luttes pour les droits des femmes et, enfin, conseille des moyens d'actions collectifs et personnels.
A mettre entre toutes les mains, donc.

* Ecrit par les Désobéissants ("collectif activiste qui forme à la désobéissance civile et accompagne ceux qui entendent se battre pour le bien commun"), publié par les éditions Le passager clandestin dans la collection Désobéir, en 2011.
Virginie

13 mai 2012

Manifeste pour des hommes debout

Nous ne saurions trop vous conseiller d'aller lire le Manifeste des hommes debout sur le blog d'une amie. Un texte fort qui s'adresse d'abord aux hommes, parce que le féminisme les concerne autant que leurs compagnes.

http://mfhdebout.blog4ever.com/blog/index-678896.html

17 mars 2012

Vous avez dit « IVG de confort » ?

Marine Le Pen a récemment déclaré vouloir cesser les remboursements des « IVG de confort ». L'expression, et l'intention, en auront choqué plus d'une, et avec raison. En quoi un avortement pourrait-il être confortable, ou destiné au confort ? J'ai décidé de ne pas laisser pas cette pauvre Marine Le Pen engluée dans son ignorance crasse : elle fait déjà assez de mal comme ça.

D'abord, son compagnon Louis Alliot a défendu la notion d'« IVG de confort » en arguant qu'elle était médicale et qu'elle lui venait d'un professeur, le Dr Grégoire Moutier : vrai et faux. L'expression existerait bel et bien mais elle est utilisée dans les milieux médicaux anglo-saxons pour désigner les avortements des fœtus malformés. Par ailleurs, le Dr Moutier n'est pas professeur – c'est lui-même qui le fait remarquer –, il se dit militant en faveur de l'IVG et déclare dans Le Monde que ses propos sur l'IVG de confort, dits dans une interview donnée au Figaro, ont été sortis de leur contexte, déformés et instrumentalisés par le FN, et qu'il n'aurait jamais cru être utilisé par ce parti. Je propose donc que, puisque cette instrumentalisation a été faite pour le confort du FN, on la rebaptise « instrumentalisation de confort ».

Ensuite, avant d'ouvrir la bouche à tort et à travers, sans savoir de quoi elle parle, Marine Le Pen ferait bien de s'informer des causes des IVG et des catégories les plus touchées, cela lui éviterait de dire qu'« il y a des abus dans ce domaine » et que certaines « exagèrent » (L'Express, 9 mars 2012). Comme si les femmes qui avortent s'offraient un caprice, une folie, une gourmandise, comme on reprend une tranche de rôti alors qu'on en a déjà mangé cinq. Comme si ces femmes se disaient : « Oh et puis zut ! J'ai trop envie d'avorter ! Je vais exprès tomber enceinte, comme ça je pourrai revivre cet exaltant moment qu'est l'avortement ! »
Il est ressorti au forum du 7 mars 2011 sur l'IVG, présidé par Israël Nisand, que les mineures et les 18-25 ans sont les seules tranches d'âges où l'IVG est en hausse continue. Israël Nisand a déclaré que la cause en est à un manque aberrant d'éducation sexuelle, malgré la loi du 4 juillet 2001 qui fait de l'éducation à la sexualité à l'école une obligation légale. La faute à qui ? A la morale, aux parents, aux lobbys religieux, mais aussi à une absence de volonté politique dans ce domaine. Autant dire qu'à vouloir ignorer que les adolescentEs ont une sexualité, on les pousse à l'avortement ou à la grossesse non désirée. D'autre part, Israël Nisand préconise un accès anonyme et gratuit à la contraception, sans que les parents soient informés par la Sécurité sociale. Pour le moment, seuls les ados qui se rendent dans les Plannings familiaux en bénéficient, mais c'est largement insuffisant et discriminant pour tous/toutes ceux/celles qui sont excentréEs et mal informéEs. Israël Nisand pointe d'ailleurs avec justesse une contradiction notoire : « L'IVG est anonyme et gratuit, la pilule du lendemain est anonyme est gratuite, mais pas la contraception. » Quand il ajoute « On marche sur la tête ! », on est bien d'accord avec lui.

Pour finir, ajoutons que dérembourser l'avortement est non seulement revenir sur un acquis très important pour que les femmes puissent s'appartenir en propre, mais aussi que c'est ajouter une inégalité à un monde qui en a déjà assez comme ça. Car à quoi cela va-t-il conduire ? Celles qui auront les moyens d'avorter avorteront, et les autres… les autres devront voler pour pouvoir payer ? Nombreuses seront mères contre leur gré. Et on sait assez qu'un rouage d'injustice sociale en entraine facilement d'autres à sa suite, créant un destin social des plus sombres.

Maintenant que voilà la candidate Le Pen instruite, on lui saurait gré de cesser de faire polémique sur un sujet qui a fait couler bien plus de sang que d'encre. Qu'elle pense aux poires en caoutchouc, aux canules, au savon et aux aiguilles à tricoter qui ont torturé trop de femmes. Elle leur doit le respect de ne pas toucher à un droit difficilement et tardivement acquis : celui de ne pas être punie d'avorter.

Virginie

9 mars 2012

Mots Croisés solution

Hello !

Pour les plus courageuses et courageux d'entre vous voulant savoir si vous avez vaincu la bête ou non, voici la grille complète.


J'espère Héloïse que le défi a été à la hauteur de ton enthousiasme.

Rhéa

8 mars 2012

SOIREE DE SOLIDARITE AVEC PINAR SELEK

Jeudi 8 Mars 2012 à partir de 18h30
Salle de l’Aubette, place Kléber, 67000 Strasbourg

Organisé par la commission plénière égalité femmes-hommes de la ville de Strasbourg, en partenariat avec le comité Pinar Selek Strasbourg.

Chants avec « les Clandestines », lecture de la plaidoirie de pinar selek par la Compagnie Calamity Jane, danses ColleCtives animées par les Cemea, prises de parole des assoCiations autour d’un diaporama de femmes en lutte dans le monde.

A 20h :
- prise de parole du comité de soutien à Pinar Selek
- performance-lecture de la Cie Calamity Jane sur le texte « Plaidoirie » de Pinar Selek.

A 21h30 : Prise de parole de Pinar Selek sur les luttes qu’il reste à mener aujourd’hui.

En présence de Pinar Selek.
Contact : komitepinarstrasbourg@gmail.com

3 mars 2012

L'adieu des Poupées en Pantalon

ChèrEs amiEs,

Après trois ans d'existence, nous avons décidé de mettre fin à notre aventure collective.

Née d'une lutte en mai 2009, l'association Les Poupées en pantalon s'est construite sur la volonté de quelques étudiantes strasbourgeoises de faire renaître un féminisme concret, basé sur nos expériences de femmes et sur la vie des femmes d'aujourd'hui.

Pour cela, nous avons commencé par créer notre magazine féminin féministe, puis nous nous sommes dotées d'un blog avant de nous lancer dans des actions publiques. Comment ne pas se souvenir de notre première manifestation, organisée contre la suppression des centres IVG ? Ce fut un moment fort, et ce moment, nous l'avons vécu à vos côtés. Mais il y en eu bien d'autres encore, comme, par exemple, la marche nocturne non mixte que nous avons organisée pour le 8 mars 2011, inoubliable de joie et de vivacité, ou encore notre rassemblement place Kleber où, armées des mots de notre choix, nous avons rendu visibles les violences infligées aux femmes (25 novembre 2010).

1 mars 2012

Liberté d'expression. Pour qui et jusqu'où ?

C'est l'histoire d'un homme blanc, riche, ancien président du FMI qui se retrouve invité à parler dans une des plus grandes universités mondiales le lendemain de la Journée Internationale des Femmes. Ça ressemble au début d'une mauvaise blague, et pourtant Dominique Strauss-Kahn est bel et bien attendu à Cambridge le 9 mars pour participer à un débat organisé par Cambrige Union.

Si la présidente du Cambridge Union, un cercle de débat prônant la liberté d'expression et organisant de nombreux débats avec des invitéEs connuEs sans regard censeur sur leurs positions politiques et idéologiques, affirme que l'invitation avait été lancée à DSK bien avant qu'il se retrouve accusé de harcèlement sexuel et qu'il soit mêlé à une affaire de proxénétisme, cela n'empêche pas certainEs étudiantEs de Cambridge de questionner la légitimité de la présence de ce dernier à un débat fondé sur la liberté de parole.

Cycle de projections de films féministes

Nous transmettons ici un communiqué de l'association La Lune :

« Dans le cadre de la journée Internationale de lutte pour les droits des femmes, l’association La Lune, association de femmes homosexuelles de Strasbourg, vous propose un cycle de projections de vidéos réalisées par Carole Roussopoulos, militante du MLF et vidéaste. (1945-2009).

Ce cycle débutera le 5 mars à 19h avec Debout ! Une histoire du mouvement de libération des femmes 1970-1980, réalisé en 1999, d'une durée d’1h30. A travers des témoignages de féministes revenant sur leurs combats et des archives d'époque, ce film rend hommage aux femmes qui ont portées et créées les Mouvement de libération des femmes en France et en Suisse.

Le 10 mars à 19h, nous souhaitons revenir sur le début des luttes d'émancipation des homosexuelLEs dans les années 1970 avec la projection de F.H.A.R (Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire), réalisé en 1971. Cette vidéo de 26 minutes sera suivie de Maso et Miso vont en bateau, (55 minutes), réalisé par le collectif Les Insoumuses en 1975. Par cette vidéo, Les Insoumuses vont détourner une émission de Bernard Pivot sur Antenne 2 "Encore un jour et l'année de la femme, ouf, c'est fini !" basée sur le témoignage de misogynes assumés et la collaboration à ces propos de Françoise Giroud. 

Enfin, le 22 mars à 19h, en non-mixité à l'occasion du Jeudi des femmes, nous nous retrouverons pour parler de la réappropriation de nos corps et de nos sexualités avec la projection de deux vidéos : Y'a qu'à pas baiser, un manifeste pour le droit à l'avortement réalisé en 1973 (17 minutes) et Les prostituées de Lyon parlent, réalisé en 1975 (40 minutes), une vidéo-documentaire tournée à l'église Saint-Nizier à Lyon, alors occupée par deux cents femmes prostituées exigeant l'arrêt du harcèlement policier, fiscal et social dont elles sont les victimes »

Toutes ces projections donneront lieu à des débats.

Lieu : La Station – Centre LGBTI d’Alsace – rue des écrivains à Strasbourg

26 février 2012

Mots Croisés

Les mots croisés, c'est un rituel quotidien. Les premiers gestes après avoir récupéré le journal: chercher la page, sortir le crayon et mettre ses méninges en action. C'est un moment de partage et de compétition avec Anaïs à la bibliothèque entre quelques lignes de nos mémoires respectifs. C'est la découverte des cryptic crosswords du Guardian, dont les définitions sont à vous arracher les yeux, et les nombreuses tentatives râtées de les terminer. Alors voilà, ce qui a commencé par une idée en l'air au tour d'un verre avec Lorraine se concrétise. Des mots croisés parcourus d'un thème féministe spécialement créés pour vous, lectrices et lecteurs.