9 octobre 2010

Sexisme, racisme : similarité, différences et contradictions.

"Se fixer uniquement sur le foulard : voilà une des grandes manifestations du racisme. On le voit chez l'autre parce que c'est un signe étranger et qu'on ne le supporte pas. Ce n'est pas l'infériorité des femmes que l'on ne supporte pas. Si la société française ne l'acceptait pas on serait au courant. Malheureusement elle la supporte très bien. Ce qu'elle ne supporte pas c'est le côté exotique et étranger. Elle se défausse ainsi de sa propre oppression patriarcale et sexiste en disant que c'est chez l'autre que cela existe, pas chez elle. "

C. Delphy, Un universalisme si particulier, "Le féminisme doit être mondial". Syllepse, 2010.


video

7 commentaires:

  1. Merci, je recherchai la retranscription car je n'ai pas pu assister à cette conférence !

    RépondreSupprimer
  2. Encore un effet pervers des mouvement "féministes". Le foulard islamique est un signe extérieur religieux, il n'a donc pas sa place dans les batiments de la fonction publique, profs ou élèves, et dans l'administration. Ailleurs faites ce que bon vous semble, laïcité ne veut pas dire refus de la religion dans le privé, mais uniquement au niveau de l'Etat et de l'éducation.

    S'il n'y avait pas de religion, la Terre et l'Humanité s'en porterait bien mieux.

    RépondreSupprimer
  3. Le foulard est bien un signe extérieur de religion, nul doute la dessus. Cela dit, la laïcité est un principe de séparation qui s'impose à l'Etat nullement aux personnes. Il impose à l'Etat de ne pas intervenir dans les choix religieux de chacun et de garantir la liberté religieuse de tous, y compris celle d'exprimer publiquement cette appartenance. Or en interdisant le port d'un signe particulier, d'une religion particulière (en l'occurence l'islam puisque c'est bien de cela qu'il s'agit), l'Etat français porte au contraire atteinte au principe de laïcité. la séparation des églises et de l'Etat est censée permettre à toutes les croyances de s'exprimer librement, y compris dans l'espace public. Quant à lutter contre les autorités et les dogmes religieux, ce n'est pas en s'attaquant aux croyants qu'on y parviendra... Par ailleurs, il semblerait que la religion catholique s'exprime largement dans l'espace public sans que cela ne choque... De là à dire qu'il y a deux poids deux mesures...

    RépondreSupprimer
  4. Et par ailleurs il ne me semble pas connaître les "effets pervers" des mouvements féministes...

    RépondreSupprimer
  5. Enfin un espace intelligent bravo.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis déçue de lire de tels propos sur un site féministe, je sais qu'on n'est pas toutes d'accord sur tous les sujets mais quand même! parler de signe religieux! vous ignorez que le foulard ne concerne que les fmemes musulmanes ou quoi?? c un signe d'oppression sexiste et c'est un groupe féministe et bigaré, Ni putes ni soumises qui a réclamé cette loi! faut donc pas dire n'importe quoi, parler de racisme alors que ce voile intégral est bien un signe de régression de la place de la femme ici.Cela n'exclut pas de continuer à voir les inégalités "bien de chez nous" et de les combattre aussi! Maud

    RépondreSupprimer
  7. Si je devais qualifier le voile, j'utiliserais plutôt le terme de "contrainte exercée sur le corps des femmes". En nous prononçant contre toute loi répressive en la matière nous ne nous prononçons pas pour ou contre le port du voile en tant que tel. Nous nous prononçons par contre très fermement contre son interdiction, mais surtout contre les conséquences concrètes d'une telle interdiction. Conséquences néfastes pour les jeunes filles voilées elles-mêmes qui risquent de se trouver exclues du système scolaire.Mais aussi conséquences néfastes pour le mouvement féministe lui-même, puisque la diabolisation du voile à pour conséquence d'en faire une contrainte à part, qui serait "pire" dans l'absolu que l'ensemble des contraintes vestimentaires que la société exerce sur le corps des femmes. En prenant parti contre l'interdiction nous ne prenons pas parti pour le voile. Nous pensons seulement que les femmes doivent se libérer elles-mêmes et qu'une quelconque interdiction vestimentaire n'améliore pas concrètement la situation des femmes qui portent le voile. Quant aux groupe ni putes ni soumises si nous respectons et soutenons l'engagement de ces militantes sur le terrain nous n'oublions pas que certaines de ces dirigeantes sont des collaboratrices dociles d'un pouvoir raciste et sexiste.

    RépondreSupprimer